Si la gestion de la comptabilité est une opération courante chez les structures au statut juridique bien défini, elle n’est pas toujours facile à réaliser pour les professionnels libéraux. Et pourtant, les entreprises individuelles, comme les sociétés classiques, sont tenues de respecter des obligations comptables et fiscales. C’est justement pour répondre aux besoins des membres des professions libérales que l’AGML (Association de Gestion Agréée pour les Professions Médicales et Libérales) a été créée en 1981. Cette institution a pour vocation de proposer un accompagnement dans l’usage la comptabilité et l’accomplissement des obligations auprès de ses clients.

Les professions libérales sont soumises à des obligations comptables et fiscales spécifiques

Le secteur des professions libérales regroupe beaucoup d’actifs en France. Les experts œuvrant dans les domaines de la médecine et du droit sont les plus nombreux. Toutefois, avec l’essor du freelancing et de l’auto-entrepreneuriat, le nombre des indépendants ne cesse d’augmenter chaque année. Il est important de rappeler que le statut libéral désigne tout professionnel dont le métier est exercé à titre personnel, la rémunération constitue une grande partie des recettes obtenues et les profits sont classés dans la catégorie des BNC (bénéfices non commerciaux).

Ces caractéristiques particulières font que les activités sont soumises à un cadre comptable et fiscal spécifique que ce soit pour la tenue de la compta, le régime de TAV adopté ou encore la déclaration de résultats. Ainsi, les membres des professions libérales en entreprise individuelle doivent par exemple se soumettre à des obligations bien définies selon le régime qu’ils ont choisi. Ceux soumis au régime micro-BNC peuvent tout simplement tenir un livre de recettes et s’acquitter de la franchise en base pour être en règle. La déclaration des résultats peut se faire mensuellement ou tous les trois mois.

Ceux qui ont opté pour le régime de déclaration contrôlée, eux, sont tenus d’appliquer une gestion de comptabilité simplifiée. Le livre-journal doit alors détailler les recettes et les dépenses professionnelles. En outre, les activités sont soumises au régime de TVA simplifié d’imposition ou normal selon les recettes et les dépenses réalisées. Dans le cas des membres des professions libérales en société, les entrepreneurs ont le choix entre le RSI (le régime simplifié d’imposition) et le régime de l’imposition au réel. Ces quelques informations résument d’une manière simple la complexité des tâches comptables à laquelle les professionnels libéraux sont confrontés.

L’AGML propose un accompagnement sur mesure

La solution proposée par AGML est une prestation complète. De la tenue de la comptabilité à l’établissement du bilan en passant par la réalisation des déclarations fiscales, toutes les opérations sont effectuées au niveau de l’association. Par ailleurs, le groupe met à la disposition de ses clients des tableaux de bord leur permettant de suivre l’évolution de leur chiffre d’affaires, mais également d’avoir un rapide aperçu de l’état de leur trésorerie. En outre, la gestion de la facturation (et des comptes clients) ainsi que la gestion sociale et l’administration du volet juridique font aussi partie de l’accompagnent de l’institution.